Franta: pedeapsa de 2 ani in inchisoare si amenda 30 000 euro pentu orice refuz de a colabora la avort sau a informa despre avort

Titlul traduce pedeapsa propusa spre discutie Senatului francez, maine, de catre Comitetul francez pentru egalitatea femeii, despre cum poate fi trimis un medic pentru 2 ani in inchisoare si amenda de 30 000 de euro daca indrazneste sa nu consilieze pentru avort, in fapt si pe scurt. Si nu a trecut nici o saptamana de cand discutam cu cateva cunostiinte despre aceasta posibilitate, avand in vedere gravele atacuri asupra obiectiunii de constiinta a medicilor. Ni se creaza „dreptul” de a ucide si vom fi obligati sa facem uz. Alternativa: INCHISOAREA SI AMENDA!

ACPERVIE-SOS-MATERNITE BP 29 95670 Marly la Ville (membre du CNEF)

„Madame le sénateur,

Le projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes (n°444) sera débattu en séance plénière jeudi 17 avril. Figurent dans ce projet de loi deux articles qui visent à privilégier l’avortement:

1)« A la première phrase de l’article L2212-1 du code de la santé publique, les mots : « que son état place dans une situation de détresse » sont remplacés par les mots : « qui ne veut pas poursuivre une grossesse ». En tant que médecin, une demande d’avortement m’interpelle, car, précisément, elle a de fortes probabilités d’être due à une détresse que je me dois de prendre en compte, comme ce serait le cas pour une menace de suicide, par exemple. Cette nouvelle formulation est fortement démobilisante. Un pasteur, ou même tout être humain attentif à son prochain raisonnera de même.

2)« Est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende le fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher de pratiquer ou de s’informer sur 2une interruption de grossesse ou les actes préalables prévus par les articles L. 2212-3 à L. 2212-8: – soit en perturbant de quelque manière que ce soit l’accès aux établissements mentionnés à l’article L. 2212-2, la libre circulation des personnes à l’intérieur de ces établissements ou les conditions de travail des personnels médicaux et non médicaux ; – soit en exerçant des pressions morales et psychologiques, des menaces ou tout acte d’intimidation à l’encontre des personnels médicaux et non médicaux travaillant dans ces établissements, des femmes venues y subir ou s’informer sur 3une interruption volontaire de grossesse ou de l’entourage de ces dernières. Si une étude américaine a constaté qu’un empêchement physique des femmes à accéder au fournisseur d’avortement est traumatisant, une écoute à distance de l’accès, mais bien accessible, est ressentie comme une manifestation d’intérêt et elles en sont reconnaissantes (pratiquement toutes les cliniques d’avortement aux EU ont un „piquet de conseillers” (hommes et femmes) devant leur porte). Il est à craindre que la notion de „pressions morales et psychologiques”, par son caractère flou et à dimensions variables, ne soit une arme pour empêcher toute tentative d’aider une femme à poursuivre sa grossesse, autrement dit pour la priver de tout droit d’être aidée à la poursuivre. A la limite, c’est une menace faite à tous d’agir suivant leur conscience.

3) La 2ème partie du Code de la Santé Publique, intitulée:« Santé de la famille, de la mère et de l’enfant » prendrait le titre, si le projet de loi est adopté : « Santé reproductive, droits de la femme et protection de la santé de l’enfant » Le terme de Santé Reproductive pour parler d’avortement est probablement tiré de la Novlangue chère aux personnages d’ Orwell, mais qui était déjà pratiquée en Israël du temps des prophètes. Outre que l’avortement ne rétablit certainement pas la santé et entraine souvent des séquelles, au moins psychiques, on ne peut vraiment pas dire qu’il est reproductif. Et comme droit de santé de l’enfant, on peut trouver mieux que son élimination „dans l’oeuf”. In fine, il est parlé du droit de la femme de disposer de son propre corps. C’est une évidence qui devrait être constamment rendue concrète par tous moyens de droit, tant la brutalité de certains hommes, profitant de leur avantage musculaire, s’exerce sur les femmes, y compris pour les contraindre à l’avortement. Néanmoins, l’enfant qui habite l’utérus de sa mère pendant neuf mois ne fait pas partie du corps de la femme, il (elle) a son corps bien à lui (à elle). Si on lui refuse ce droit d’avoir un corps, on rend ce droit au corps relatif. C’est ce qu’il serait utile de préciser dans la loi pour donner toute sa force à ce droit. En vous assurant du dévouement des Chrétiens Protestants et Evangéliques au bien commun de tous, recevez l’assurance de mes sentiments respectueux.

Dr François Volff, Président.”

http://www.acpervie-sos-maternite.org/

UPDATE 18 aprilie: proiectul de lege a trecut si informarea corecta a devenit delict. Citit si:

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/04/protection-de-la-vie-aujourdhui-au-sénat-demain-au-parlement-européen.html

Se preconizeaza si planficarea efecturii avorturilor pe maternitati, raportat la activitatea obstetrica, adica a nasterilor:

http://www.liberation.fr/societe/2014/04/16/l-agence-de-sante-d-ile-de-france-veut-ameliorer-l-acces-a-l-ivg_998915

http://www.zenit.org/fr/articles/france-le-debat-sur-l-avortement-au-senat

Postarea anterioara era o introducere in ritmul accelerat al atacurilor.

Un up date din 10 aprilie 2014: Avocatul Poporului EU pentru discriminare a hotarat ca moasa suedeaza Ellinor Grimmark, care a fost concediata pentru ca a refuzat sa participe la un avort, NU a fost discriminata!

http://www.dagen.se/nyheter/do-barnmorskan-inte-diskriminerad/

Avocata Ruth Nordström de la Provita suedeza va prezenta cazul Consiliului European.

In fata acestei campanii extrem de agresive, sustinuta international, este necesara si o reactie a personalului medical roman.

Sa ne reamintim si recentele cuvinte ale Sfantului Parinte Francisc adresate pe parcursul unei audiente acordate „Movimento per la Vita”:

Viaţa umană este sacră şi inviolabilă”, a subliniat papa, care a spus că „toate legislaţiile civile se sprijină pe recunoaşterea primului şi fundamentalului drept la viaţă, care nu este subordonat nici unei condiţii calitative, economice şi cu atât mai puţin ideologice”.

Papa Francisc le-a mulţumit membrilor asociaţiei pentru proiectele pe care le desfăşoară în favoarea vieţii, în special pentru proiectul „Gemma”, un proiect prin care în ultimii 20 de ani, „printr-o formă de solidaritate concretă” (nn adoptarea mamei in ciza de sarcina si a copilului inca nenascut pentru o perioada de 1-2 ani), după cum a spus Sfântul Părinte, au reuşit să ajute să vadă lumina zilei mulţi copii care altfel ar fi fost avortaţi. „Vă mulţumesc pentru mărturia pe care o daţi promovând şi apărând viaţa umană încă din momentul conceperii ei!”, le-a spus acesta.

http://www.e-communio.ro/stire1414-viata-umana-este-sacra-si-inviolabila

Anunțuri

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s